Origines du 2S

mardi 21 octobre 2014

ORIGINES DU 2 S

Le 2S commémore la bataille d’Austerlitz qui a eu lieu en 1805. C’est la première bataille à laquelle participent des officiers sortis de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr, créée en 1802.

1. DEROULEMENT DE LA BATAILLE

Le 2 décembre 1805, à 7h00 du matin, toute l’armée française, debout sous les armes, retient son souffle dans la nuit glaciale : les Austro-russes tomberont-ils dans le piège ? Viendront-ils se prêter à la manoeuvre de Napoléon ? Celui-ci se tient à cheval, au milieu de ses maréchaux sur la butte de Schlapanitz, quand le soleil, dissipant un brouillard épais, lui montre le plateau de Pratzen sur lequel défilent d’importantes colonnes ennemies.
Lieu de la bataille

Déjà, une lieue plus à droite, Davout, avec 6000 hommes, à peine, commence à supporter tout le poids de l’attaque ennemie. Napoléon se tourne alors vers le Maréchal Soult qui commande son centre et lui ordonne de s’emparer du plateau de Pratzen. Autant que le soleil, le brouillard, ce jour-là, est un appoint bénéfique : il dissimule aux Russes les Français prêts à surgir sur le plateau. Alors commence la bataille qui devra durer 7 heures, mais qui se jouera en fait entre 9 heures et midi : 60.000 Français affrontent 60.000 Russes et 20.000 Autrichiens ; dès le début, surpris d’être attaqués de flanc, les coalisés perdent la moitié du plateau de Pratzen en moins d’une heure. Le Tsar et l’Empereur d’Autriche, aux côtés de Koutousov légèrement blessé, assistent aux tentatives désespérées de celui-ci pour reprendre le plateau.
Bataille d'Austerlitz

Les divisions Vandamme et Saint-Hilaire du Corps d’armée de Soult se maintiennent obstinément et décident du sort de la journée, en rendant définitive la coupure de l’armée ennemie par le milieu.

A partir de midi, c’est l’hallali. Davout, qui a rejoint à marche forcée avec une partie seulement de ses effectifs, se rétablit au sud, tandis que la gauche des coalisés, prise en tenaille, est acculée à la capture ou à la noyade dans les marécages.

La garde impériale russe tente une charge de cavalerie désespérée. Des centaines de chevaliers-gardes, qui comptent parmi les grands noms de la noblesse russe, trouvent la mort dans cette ruée romantique conduite par le Prince Repnin. Leur sacrifice n’est pas inutile, car il permet à l’infanterie de la garde russe de se dégager. Seul au nord, Bagration réussit à assurer la retraite de sa droite en bon ordre.
A 17h00, la victoire est acquise.

C’est cette bataille qui est donc célébrée chaque 2 décembre, selon le calendrier ci-dessous, particulier aux Saint-Cyriens, désignant chacun des mois de l’année scolaire par une des lettres du mot AUSTERLITZ. C’est pourquoi le 2 décembre est appelé 2S.
l'historique du 2S

Retour


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Origines du 2S

Statistiques

Dernière mise à jour

samedi 16 septembre 2017

Publication

78 Articles
4 Albums photo
Aucune brève
11 Sites Web
3 Auteurs

Visites

7 aujourd’hui
16 hier
32449 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté